Les Toiles du Large Lauréat Stars & Métiers 2014

Les Toiles du Large Lauréat Stars & Métiers 2014

LA PROVENCE PUBLIÉ LE SAMEDI 28/06/2014 À 06H13

La PME a reçu le prix Coup de coeur du jury organisé par la Chambre des métiers
Les Toiles du Large lauréat Stars & Métiers 2014

Anne et Stéphane Couderc ont reçu leur trophée le 11 juin. Il est exposé désormais dans leur boutique-atelier intallée dans le bâtiment de l'armement... tout un symbole. PHOTO M.MY.

Comme au Festival de Cannes, le prix du jury est à la fois la récompense du travail accompli et un encouragement pour l'avenir.Avec la pression que cela implique. C'est un peu le sentiment aujourd'hui d'Anne et Stéphane Couderc responsables de la jeune PME Les Toiles du large. Installés depuis 2012 dans le bâtiment de l'armement à l'Escalet, ils ont reçu le 11 juin, le prix Coup de coeur du jury de Stars et métiers 2014 de la Chambre des métiers et de l'artisanat organisé en partenariat avec la Banque Populaire Provençale et Corse.

Ce prix récompense à la fois le concept, mais aussi l'aspect innovant de cette entreprise dont le coeur de métier est de "recycler" des voiles de bateaux pour leur redonner vie à travers des sacs. Une idée ingénieuse partie de rien ou presque. C'était en 2002. "Une de mes amies qui vivait sur un bateau a décidé de changer ses voiles car elle partait faire un tour du monde, raconte Anne Couderc. Pour m'amuser je lui ai proposé de récupérer ses voiles et de lui offrir un sac", ajoute la jeune chef d'entreprise formée à l'économie et la gestion et qui profitait alors d'un congé maternité pour "s'occuper". Une simple machine à coudre, des voiles nettoyées à la main dans leur baignoire... "C'était très artisanal au départ, s'amuse-t-elle. Tout s'est fait petit à petit, naturellement ; ça c'est enchaîné", sourit-elle presque encore surprise de leur réussite.

De fil en aiguille, Anne Couderc confectionne d'autres sacs pour le plaisir avec le reste des voiles de son amie, sans imaginer mettre à profit son initiative à des fins économiques. Puis en 2005, finalement, elle intègre la couveuse d'entreprises ADIJE devenue depuis Cosens à Marseille. C'est là que Les Toiles du large prend forme : "ils nous ont coachés pour affûter le projet, pour créer une gamme, créer un statut...", se souvient son mari Stéphane. En 2006, Anne Couderc participe à son premier salon nautique à La Ciotat pour communiquer, récolter des voiles et promouvoir son projet qui présentait aussi un autre attrait ; celui d'employer des personnes handicapées pour la fabrication. D'abord avec l'Esat Rouet d'Aubagne puis avec celui de Saint-Jean à Marseille. "Pour moi l'idée est de faire à la fois local et utile", dit-elle. Et comme une évidence : "On ne part pas tous avec les mêmes cartes en main, les personnes handicapées n'ont pas choisi d'être dans cette situation". Un emploi, un salaire c'est aussi un gage d'autonomie, de reconnaissance auquel s'ajoute l'attrait créatif de l'activité des Toiles du large.
400 à 500 pièces par an

Son idée fait mouche auprès du public du salon nautique. "Nous avons eu beaucoup de réaction positive". L'aspect humain bien sûr mais aussi la philosophie - que l'on retrouve dans l'aménagement de leur boutique, habillée avec des meubles d'une ancienne mercerie industrielle - l'originalité et l'authenticité du projet car les marins ont souvent bien du mal "à se démunir de leurs voiles, ils y sont attachés", l'idée qu'elles aient une seconde vie les a incontestablement touché au coeur.

La société voit le jour en 2007 ; son mari Stéphane la rejoint dans l'aventure trois ans plus tard et la collecte de voiles s'organise autour du même concept qu'au départ " une voile, un sac". Depuis, la PME qui emploi deux salariés à L'Escalet et une dizaine à l'Esat n'a de cesse d'augmenter son activité et récupère de 400 à 500 pièces de voiles par an. Ses produits sont vendus dans une quarantaine de boutiques en France, mais aussi en Europe et au Japon.

Plus encore que cette réussite, c'est le projet qui s'articule autour d'une alliance parfaite entre écologie et solidarité, associé une démarche sociale que la CMA 13 a récompensé et encouragé cette année. Un bel exemple.

Marjorie Moly 

Partager ce contenu